Lualaba : le Secrétaire Général de l’EPST en séjour à Kolwezi

Lualaba : le Secrétaire Général de l’EPST en séjour à Kolwezi

25 septembre 2019 0 Par ELAVOX

Il était attendu à Kolwezi où depuis peu les élèves du réseau catholique manifestent sur les rues contre la grève de leurs enseignants, une crise qui perdure voici trois semaines et à laquelle il faut trouver des solutions idoines.

Ce mardi 24 septembre Jean-Marie Mangobe  Secrétaire Général de l’Enseignement primaire secondaire et technique venu de Kinshasa a entretenu les responsables des écoles du secteur public et celles du réseau catholique de Kolwezi. Le groupe scolaire Hewa Bora  était le cadre de la Réunion.

 À la table des échanges, la paie des enseignants et la gratuité de l’enseignement primaire à inscrire dans un contexte de progressivité selon le Secrétaire Général de l’EPST. Jean-Marie Mangobe se plaint des contrevérités entretenues sur la gratuité de l’enseignement de base. La vraie information affirme-t-il, ébahi par les récentes marches des élèves de Kolwezi, est que seules les six années de l’enseignement primaire sont concernées par la gratuité dans les écoles publiques y compris les écoles conventionnées catholiques par ricochet.

La gratuité de l’enseignement dans les classes de 7e et 8e est envisageable dans le deuxième palier applicable en 2020 a poursuivi Jean-Marie Mangobe face à la presse locale. Concernant la paie des enseignants du mois de septembre, celle-ci va s’effectuer en deux temps, d’abord la paie ordinaire et ensuite la paie complémentaire a renchéri le Secrétaire Général de l’EPST.  

« Avec la mise en œuvre de la gratuité, il y a la suppression des frais de motivation et la suppression des frais de scolarité au niveau du primaire » a ponctué l’émissaire de l’EPST. L’enseignement demande des gros moyens s’il faut s’en tenir sa qualité, d’où les provinces vont constituer des sources innovantes de financement de l’enseignement, cela en s’en remettant aux résolutions de la deuxième table ronde sur la gratuité de l’enseignement qui a eu lieu il y a peu à Kinshasa.

Ygod