RDC : Georges Kapiamba appelé à jouer pleinement son rôle d’activiste des droits de l’homme

RDC : Georges Kapiamba appelé à jouer pleinement son rôle d’activiste des droits de l’homme

27 mars 2020 Non Par ELAVOX

Au cœur d’une très critiquée polémique depuis le changement à la tête du pays, Georges Kapiamba, Président de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) ne cesse de faire parler de lui.

Selon certaines indiscrétions, ce membre de la société civile se serait tracé un principe de s’attaquer à toutes les grandes figures du Katanga.

C’est le cas par exemple de Eliot YALO qui dans une correspondance dont une copie a été réservée à ELAVOX, dénonce un acharnement de Georges Kapiamba à l’endroit des katangais.

Pour lui, cela est lié au tribalisme qui habite ce grand juriste qui a perdu le vrai sens d’un bon activiste des droits de l’homme.

Après s’être attaqué aux généraux Katangais John Numbi, Luyoyo, au PCA de la Gécamines Albert Yuma Mulimbi, Richard Muyej, Zoé Kabila, Jannette Kabila, Joseph Kabila et autant d’autres katangais hostiles à ses yeux, le voilà s’en prendre au Gouverneur Jacques Kyabula Katwe, peut-on lire dans cette correspondance.

“Pourquoi depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi à la tête du pays Georges Kapiamba se permet-il de diaboliser les leaders katangais ? Pourquoi cet acharnement ? ” S’interroge l’auteur.

Georges Kapiamba en tant qu’activiste des droits de l’homme doit   œuvrer pour l’unité, la paix et l’harmonie entre toutes les tribus en RDC souligne-t-il.

D’après Passy Kapend analyste politique, Georges Kapiamba se servirait de l’ACAJ comme vache laitière pour salir les hautes personnalités Katangaises sur base des allégations mensongères et montages grossiers.

C’est depuis un bon temps que les observateurs sont perplexes sur le travail de l’ACAJ et de son président Georges Kapiamba, peut-on lire.

Créée en 2011, soit dans la période suspecte de cette année-là avec le concours financier de certains organismes Américains qui, à l’époque finançaient plutôt les observateurs électoraux, l’ACAJ et son président sont depuis, derrière les acteurs politiques de l’opposition congolaise en général tel que Moïse KATUMBI, lorsqu’il quitta la Majorité Présidentielle en 2015.

À ce titre, on le verra aux forums de l’opposition, par exemple à l’île de Gorée au Sénégal où encore à Genval en Belgique.

Kapiamba est également donné comme le relais de certains lobbies politico-affairistes étrangers engagé dans la lutte contre le nouveau code minier pour continuer à faire main basse sur les ressources minières de la RDC. C’est ce qui expliquerait son acharnement contre la Gécamines et plus particulièrement son PCA, Albert Yuma présenté comme celui qui a mis fin au règne des multinationales étrangères sur les minerais de la RDC, estiment une frange des miniers, révèle le rédacteur de la correspondance.

Moïse Lunda